5.B.Paroles

Paroles de philosophies, de poètes, d’étudiants et d’enseignants.

 

 

 

« Apprendre plusieurs langues, c’est l’affaire d’une ou deux années ; être éloquent dans la sienne demande la moitié de la vie »

Voltaire

 

 

“Pour moi un tableau doit être une chose aimable, joyeuse et jolie, oui jolie ! Il y a assez de choses embêtantes dans la vie pour que nous n’en fabriquions pas encore d’autres.”

 
Pierre-Auguste Renoir (1841-1919)

 

 

 

« Les années d’apprentissage sont destinées au jeune poète, les années universitaires au jeune philosophe. L’Université devrait être un institut entièrement philosophique : une seule faculté dont toute l’organisation servirait à l’excitation et à l’exercice appropriée de la capacité de penser. Dans un sens supérieur, les années d’apprentissage sont les années d’apprentissage de l’art de vivre. C’est à travers des essais organisés de manière planifiée qu’on apprend ses principes fondamentaux et qu’on acquiert une habileté à opérer librement à partir de ces principes ».

 

Novalis (1772-1801)

 

 

 

« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur »

Beaumarchais (1732-1799)

 

 

 

Le langage est soumis à l’influence de différents ingrédients biologiques, physiques et sociaux. Il est possible de faire varier le point de départ de son étude (signal, forme, sens, usage, langues, société, etc.), mais invariablement, son investigation nous conduit à voyager à travers les disciplines et les méthodologies. Les sciences du langage constituent ainsi une forme de “discipline interdisciplinaire”.

Laurent Prévot, janvier 2016

https://lpspblog.wordpress.com/2016/01/13/une-certaine-vision-des-sciences-du-langage/

 

 

 

Le terme de sciences du langage sert à désigner l’ensemble des domaines connexes prenant pour objets d’étude les langues et le langage. Ce terme, qui vise à souligner la diversité des approches scientifiques de ces objets, tend à se substituer au moins institutionnellement à celui de linguistique.

Franck Neveu, 2004

 

 

Sur la vulgarisation : https://theconversation.com/les-langoustes-des-mathematiciens-et-le-frigidaire-des-philologues-52945?utm_medium=email&utm_campaign=The%20Conversation%20du%20week-end%20-%204120&utm_content=The%20Conversation%20du%20week-end%20-%204120+CID_62be7da9526ff0a8a5327796778511b8&utm_source=campaign_monitor_fr&utm_term=Les%20langoustes%20des%20mathmaticiens%20et%20le%20%20frigidaire%20%20des%20philologues

 

 

 

« Peut-être une goutte d’eau, et une pétition de plus ?!? Mais comme dit le colibri, qui essaie d’éteindre l’incendie en transportant des gouttes d’eau avec son bec, “Au moins, j’aurai fait ma part. Et si tout le monde fait sa part, on pourra peut-être éteindre l’incendie”. »

Alice Vittrant, 10.07.15

 

 

 

« Pourquoi les différences sont-elles toujours conçues en France comme “inégalitaires” ? On retrouve là la question du traitement socio-historique de la différence, de la pluralité… »

Aude Bretegnier, 04.02.15

 

 

 

“Vous me questionniez sur mon énergie : elle provient de la certitude d’avoir trouvé une (double) voie universitaire qui me satisfait enfin. Comme le dit si simplement le proverbe : choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie. En aspirant à la recherche scientifique, j’ai la possibilité de continuer à faire quelque chose qui me rend profondément heureuse : poser des questions, et chercher des réponses. Il existe dans la langue russe un mot désignant une personne qui pose beaucoup de questions : Pochemuchka. Le mot est inspiré d’une histoire slave mettant en scène un petit garçon très curieux, Что я ви́дел. Sa contrepartie française (Questionneuse) insiste sur la notion de quête mais perd la joyeuse profusion qu’évoque le ”-muchka” final du mot russe”.
Morgane P., 20.09.17

 

 

 

“Je suis actuellement en M2 MEEF. J’ai réussi le concours de professeur des écoles l’an dernier, j’ai donc une classe à mi-temps (grande section de maternelle) et j’étudie à l’ESPE le reste de la semaine. Je dois faire un mémoire et j’ai choisi de travailler sur le langage avec les élèves à besoins particuliers. Il se trouve que dans ma classe, j’ai un élève autiste qui ne parle pas (il arrive à dire son prénom et celui de l’AVS mais sinon il émet des gémissements et crie). J’ai donc décidé de mettre en place un dispositif pour essayer de communiquer avec lui et lui permettre de communiquer avec les autres, ce dispositif étant la langue des signes. (…) Pourriez-vous me conseiller quant à la démarche à suivre au niveau des séances, par quoi commencer… ”

Adeline, ex-licence 3 SCL, 25.11.16

 

 

 

“Je suis désormais à l’ESPE de Nice dans un Master en Pratiques et Ingénierie de la formation, et je me sers d’ailleurs beaucoup des notions sur l’acquisition apprises avec vous”. (…) “Le Master prépare à concevoir une formation, la créer, créer des modules d’apprentissage, intervenir sur la pédagogie, la logistique… dans le milieu professionnel devant un public d’adultes. C’est un master MEEF et j’ai même des cours de sciences du langage et aussi d’ergonomie. C’est très intéressant ; c’est un master pro qui ouvre les portes vers de nombreuses entreprises, elles-mêmes en grande demande d’ingénieurs de la formation. L’année prochaine, je passerai tout de même mon concours de CPE, mais ce master délivre vraiment les clefs (…)”
Marine, ex-licence 3 SCL, 17.10.16 et 28.10.16

 

« Tout d’abord merci pour votre présentation de cette après-midi. Vous et le reste de l’équipe éducative m’avez donné envie de changer mon parcours sciences humaines et sociales pour celui de linguistique. En ayant accès qu’au tronc commun des sciences du langage, j’ai l’impression de passer à côté de ma licence. Je changerais certainement d’ici la semaine prochaine. (…). J’avais, il y a quelques temps, regardé un documentaire sur France 5 dans lequel une jeune femme, née avec ses deux parents sourds exprimait son ressenti et explicitait ses étapes d’apprentissage. La jeune femme expliquait qu’elle s’exprimait bien plus sans les « mots ». Pour elle, il n’y avait pas de sujet tatou ou non exprimable par les signes. Au contraire même, ses pensées et sentiments étaient plus faciles à partager grâce aux signes. J’avais été étonnée par ce qui semble être contradictoire de prime abord. Comment peut-on s’exprimer plus profondément que par des mots verbaux? Voilà la source de ma curiosité. La fac nous donne une opportunité rare à saisir. J’avais déjà l’année passée envie de m’investir mais suite à mes échecs aux concours d’orthophonie, j’avais peur d’un nouveau refus autant que de ne pas être à la hauteur. De plus, signer demande un certain aplomb, que j’avais perdu, puisque l’échange a lieu par l’expression de son corps entier. Mon objectif l’année passée était de me retrouver, cette année il est de m’ouvrir par de nouveaux échanges humains. Après une année riche en épanouissements, je me sens prête, disponible et curieuse de commencer à signer et à appréhender un autre moyen de communication »

C., licence 2 SCL, 04.09.15

 

« Merci d’avoir répondu à mes questions, quelle déception d’apprendre que vous ne faites pas l’enseignement à distance quand votre licence à l’air la plus intéressante du pays. (…) ».

A., 13.03.15

 

 

 

 

« Les sciences du langage m’ont fourni des clefs pour apprendre les langues et elles ont aiguisé mes curiosités pour un ensemble de phénomènes langagiers ».

Nicolas Tournadre, 25.11.14

http://blog.assimil.com/entretien-avec-nicolas-tournadre

 

 

« Franchement, je pense que ce qui m’a permis de réussir le concours [d’entrée à l’école d’orthophonie] est paradoxalement d’y avoir moins pensé. Je ne dis pas que je m’y suis moins préparée mais en travaillant aussi les cours de sciences du langage, je me suis ouverte à d’autres disciplines, ce qui m’a permis de montrer autre chose que les connaissances spécifiques à ce concours qu’on enseigne à la prépa. Et puis j’étais beaucoup plus sereine, c’était mon deuxième passage et même en cas d’échec, j’avais un plan de secours.

Vraiment, j’ai eu l’impression que dans mon cas ce qui m’a aidée à le réussir c’est de ne pas m’y être consacrée exclusivement, d’avoir pris du temps pour étudier autre chose ».

 

« Pour ce qui est de ma réponse, beaucoup de personnes ne la comprennent pas, c’est vrai que c’est très étrange de dire que j’ai réussi le concours parce que je m’y suis moins consacrée mais bon j’ai toujours eu un esprit un peu contradictoire.

Je suis très heureuse merci, c’est une nouvelle vie qui commence. La formation est très intéressante quoique un peu abstraite pour l’instant: nous avons beaucoup de cours de neurosciences et d’anatomie mais très peu de linguistique (l’administration ne trouve pas de linguiste pour nous donner des cours). Mais j’aime tout autant les sciences que le langage donc je suis heureuse d’apprendre comment fonctionne mon corps ! De plus, j’ai commencé mon stage en classe de CP et j’aime par dessus tout travailler avec les enfants, ils m’ont très bien acceptée et rien ne me rend plus heureuse qu’un enfant qui me dit, le sourire aux lèvres en brandissant sa feuille avec un tampon de champion, “J’ai tout compris parce que tu me l’as expliqué”. J’ai toujours hâte de partir en stage et de constater leur progrès, même si pour certains l’apprentissage de la lecture et de l’écriture est plus difficile ».

 

S, 19.11.14 et 25.11.14

 

 

 

 

« [Spontanément, d’après vous, qu’est-ce qui vous a aidée à réussir ce concours d’entrée à l’école d’orthophonie ?] Je pense principalement de la motivation et de l’acharnement. En 2011, j’avais raté l’écrit de 10 places ; en 2012, j’ai réussi l’écrit mais échoué l’oral et ce n’est qu’en 2013 que j’ai été admise. Mais cela dépend beaucoup du concours de la ville concernée. Par exemple pour le concours actuel de […] (celui sur lequel je me suis focalisée), il ne nécessite pas, selon moi, d’apprendre par cœur des tonnes et des tonnes de choses, de faire une préparation intensive. La difficulté du concours est, certes, présente, mais différente. D’autres villes comme […], il est fortement conseillé d’apprendre le dictionnaire par exemple. Puis il y a surtout une grosse part de chance, c’est tellement aléatoire… »

 

« [D’où vient cet “acharnement” ?] Je ne sais pas. Depuis ma terminale j’ai l’envie d’être orthophoniste. J’ai toujours aimé la langue française, l’écriture, le langage d’une manière générale. Puis l’aspect médical, social m’attire également beaucoup. Allier l’orthophonie à de la recherche, de l’enseignement serait le futur professionnel parfait pour moi ! Donc j’essaie de me donner les moyens pour y parvenir ».

 

D, 03.08.14 et 05.08.14

 

 

« [Le sourire] Oh oui ! il est l’outil indispensable aujourd’hui et comme tous les jours ! ».

 

NF, 27.09.14

 

« […] ce qui fait l’université, ce ne sont pas les locaux, les programmes, les millions d’euros, les slogans ou le prestige, mais l’humain, la chair et les âmes qui s’y croisent et qui changent le monde ».

 

M, 14.04.13

 

 

“Nous avons probablement une tendance bien trop forte à surestimer le caractère conscient, y compris s’agissant de la production intellectuelle et artistique. Ce que nous rapportent certaines personnes extrêmement productives, comme Goethe et Helmholtz, nous apprend plutôt que ce qu’il y a d’essentiel et de nouveau dans leurs créations leur a été donné sur le mode de l’intuition spontanée, et s’est pratiquement proposé tout à fait à leur perception.”

Freud (1900), Sur la psychologie des processus oniriques, L’interprétation du rêve (p.618).

 

 

 

“Mais lorsque j’apprends une nouvelle langue, je suis littéralement transportée. Vers une autre culture, un autre monde. Et c’est bien plus économique qu’un billet d’avion”.

Elisabeth Little (2007/2009). Confessions d’une fanatique des langues. Payot, Paris (page.20).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.