Livres

Quelques textes à découvrir…

 

 

 

A la recherche des origines du langage

http://www.lpl-aix.fr/~fulltext/actualites/hebdomadaire_vraiment_OriginesLangage.pdf

 

 

Cité Langage

http://www.uoh.fr/front/notice?id=c518124e-f36e-4161-90c7-757e22200e8b

 

 

Entre deux langues

http://focus.tv5monde.com/entre-deux-langues/

 

 

Un président d’université belge démissionne après avoir plagié Chirac, 2014

http://www.liberation.fr/monde/2014/10/06/un-president-d-universite-belge-demissionne-apres-avoir-plagie-chirac_1116139

 

 

Nina CATACH (1996). La ponctuation. PUF, que sais-je ?

https://www.cairn.info/la-ponctuation–9782130460503.htm

 

 

CNRS (2014). Promouvoir une recherche intègre et responsable.

guide_promouvoir_une_recherche_inte_gre_et_responsable_8septembre2014-1

 

Dictée qui rend fou

 

 

Dictionnaire de linguistique

http://www-01.sil.org/linguistics/glossary_fe/glossary_index.asp?searchlang=e&search=A%25&qual=good&type=all

 

 

Dictionnaire de sémantique

http://www.semantique-gdr.net/dico/index.php/Accueil

 

 

 

Jean-François DORTIER (coord.) (2001). Le langage. Nature, histoire et usage. Editions Sciences Humaines.

“« Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage », « Ta veste est au pressing », « Quelle heure est-il ? » (…). Si l’on estime qu’une personne dit en moyenne une centaine de phrases par jour (seulement deux ou trois pour les grands solitaires, à quelques milliers pour les bavards ou les enseignants…), alors on peut considérer que pas moins de 500 ou 600 milliards de phrases sont prononcées au quotidien sur la planète”. Page 1.

 

 

Michel FAYOL et Jean-Pierre JAFFRE (2014). L’orthographe. PUF, que sais-je ?

https://www.cairn.info/l-orthographe–9782130628330.htm

 

 

Grammaire de la langue française :

http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=1460

 

 

Victor KLEMPERER. Catalogue de l’exposition “La langue confisquée-Victor Klemperer et la LTI”.

 http://www.struthof.fr/fileadmin/MEDIA/Pdf_Ressources/07_Mediatheque/telechargement/presse/Intervention_Klemperer_BNU_25.06.09/VK_La_langue_confisquee_dossier_de_presse.pdf
http://issuu.com/struthof/docs/recueil_klemperer
http://www.struthof.fr/fr/outils-pedagogiques/exposition-victor-klemperer-la-langue-confisquee-die-geraubte-sprache/

 

 

Langue de bois

 

 

 

Alberto MANGUEL (2000). Dans la forêt du miroir : essai sur les mots et le monde, Actes Sud, page 36.

 

Qu’importe à Alice de savoir qui elle est (l’enfant victorienne que le monde voit en elle), lorsqu’elle erre dans la forêt du miroir ? Beaucoup, apparemment, puisque ce savoir détermine sa relation aux autres créatures qu’elle rencontre. Par exemple, lorsqu’elle a oublié qui elle est, Alice peut se lier d’amitié avec un faon qui a oublié qu’il est un faon :

 

« Ils cheminèrent donc de conserve à travers la forêt. La fillette entourait affectueusement de ses bras le cou du faon au doux pelage. Ils arrivèrent ainsi sur un autre terrain, découvert. Et là, brusquement, le faon fit un bond qui l’arracha des bras de sa compagne. “Je suis un faon ! s’écria-t-il d’un ton de voix ravi. Et, mon Dieu, ajouta-t-il, vous êtes un faon d’homme !” Une soudaine expression de crainte passa dans ses beaux yeux bruns et, un instant plus tard, il fuyait en bondissant de toute la détente de ses pattes. »

 

 

 

Bernard MARIS (2003). L’enfant qui voulait être muet, Albin Michel.

“Puis ce silence devint physiologique. Les muscles de la langue, la glotte, l’épiglotte, le pharynx, le larynx, les cordes vocales, les poumons qui font passer l’air sur les cordes, les narines qui transforment délicatement certains sons, tout ce appareillage si complexe se mit en panne”. Page 27.

 

 

 

Jean-Pierre MINAUDIER (2014). Poésie du gérondif (vagabondages linguistiques d’un passionné de peuples et de mots), éditions Le Tripode. 

« L’auteur n’est pas un linguiste au sens propre du terme, mais un passionné de langues et surtout de grammaires, qu’il collectionne et qu’il nous fait parcourir. Il a eu un beau papier dans Libé (http://www.liberation.fr/livres/2014/06/18/bourlingueur-des-grammaires_1044623). Il y parle de grammaire(s), d’ergatif, de typologie, de l’édition en linguistique, de la collecte de corpus, des informateurs, des affrontements théoriques entre linguistes, des familles de langues, le tout fourmillant d’exemples tirés de nombreuses langues et écrit avec finesse et drôlerie, avec précision mais aussi beaucoup de recul. Un livre que nos étudiants devraient feuilleter pour comprendre combien on peut aimer les langues et le travail scientifique sur les langues, surtout pour nos étudiants de “Langues du monde”, et il faudra à tout prix que ce livre figure dans la biblio dès cette année ! »

Médéric Gasquet-Cyrus, 07.08.14

Quelques extraits :

« Une raison fondamentale pour adopter une approche de l’autre par la linguistique est que cette science à la solide réputation d’austérité, ne jouissant pas d’une large popularité, est assez peu affectée par le discours ethnologique dégénéré, omniprésent dans les médias depuis une génération, sur les ethnies forcément féministes, pacifistes et écologistes, leur “rapport au monde plus authentique que le nôtre”, leurs chamans “à la sagesse immémoriale” qui “nous font retrouver le sens de l’existence”, leur “lien ancestral privilégié à la Pachamama”, et autres carabistouilles New Age d’une insondable niaiserie qui sont l’équivalent intellectuel exact du tourisme de masse (un “tourisme chamanique” est du reste en train d’apparaître en Amérique Latine et en Mongolie). Le discours des linguistes sur l’altérité est infiniment plus intéressant car plus sérieux, moins vulgarisé, moins idéologisé, moins populiste. » (Jean-Pierre Minaudier, Poésie du gérondif, Le Tripode, 2014, p. 16-17).

« Je soutiendrai que si on l’aborde comme une ouverture sur le monde et non comme une tyrannie, la grammaire devient invitation à la rêverie et à la rencontre de l’autre, elle ouvre des portes sur l’inépuisable variété de l’esprit humain. » (Jean-Pierre Minaudier, Poésie du gérondif, Le Tripode, 2014, p. 20).

 

 

 

Pourquoi 500 mots suffisent…

http://www.languefacile.fr/2014/02/pourquoi-500-mots-suffisent-pour-parler-une-langue/

 

 

Pôle Langues, Langage et Cultures (2014). Guide de français. Aix-Marseille Université.

Guide de français PLLC

 

 

Erik ORSENNA (2001). La grammaire est une chanson douce. Paris : Editions Stock (coll. “Le livre de Poche”).

« Le premier métier, c’est de désigner les choses. Vous avez déjà visité un jardin botanique? Devant toutes les plantes rares, on a piqué un petit carton, une étiquette. Tel est le premier métier des mots : poser sur toutes les choses du monde une étiquette, pour s’y reconnaître. C’est le métier le plus difficile. Il y a tant de choses et des choses compliquées et des choses qui changent sans arrêt ! »

 

 

 

Nicolas TOURNADRE (2014). Le Prisme des langues. Paris : Editions L’Asiathèque.

http://blog.assimil.com/entretien-avec-nicolas-tournadre

http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10212-08.01.2015-ITEMA_20709884-0.mp3

 

 

 

 

 

Johannes ZIEGLER, 2008. La Lecture.

lecture-page-1-ziegler-2008

lecture-page-2-ziegler-2008

lecture-page-3-ziegler-2008

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.